ENGAGÉ CONTRE LES DISCRIMINATIONS

Nous sommes très fortement engagés contre les discriminations et la grossophobie que peuvent subir les personnes en situation d’obésité et nous avons souhaité marquer cet engagement avec la production d’un moyen métrage engagé. Le film « GROSSE » cumule déjà plus de 7 000 000 vues sur les différentes plateformes et a été relayé par la presse à grande échelle.

« GROSSE » est inspiré de vrais témoignages de victimes que nous avons pu rassembler lors de nos groupes de soutien en présentiel.

Le film suit la journée ordinaire d’une jeune femme souffrant de surpoids depuis son enfance. Moqueries, préjugés, discriminations, conseils faciles, incompréhension sont son lot quotidien.

À travers ce projet, nous avons souhaité construire un outil pédagogique pour ouvrir le débat sur les oppressions que subissent les personnes en surpoids, mais aussi démontrer la forte dimension psychologique de la maladie, trop souvent oublié dans sa prise en charge.

Nous avons également déjà pu mener des interventions de prévention dans les écoles grâce au film que nous avons projeté en classe suivi de débats autour de la maladie, à sa dimension psychosociale et aux discriminations qui en découlent. Nous abordons lors de ces interventions les conséquences des violences subies par les personnes qui vivent la maladie au quotidien et comment les enrayer pour stopper le cercle vicieux de la honte qui vient encore plus favoriser l’obésité.

La grossophobie en chiffres :

En éducation physique et sportive, 32% des femmes en surpoids rapportent avoir été stigmatisées par un enseignant ou un professeur et 21% plus d’une fois. 45 % des demandeurs d’emploi interrogés estiment qu’il est acceptable de refuser un emploi à quelqu’un du fait de sa corpulence. 90% des personnes obèses ont subi des commentaires humiliants sur leur poids de la part de membres de leur famille, d’amis ou de collègues.

Il est important pour FEDMIND de lutter fortement contre ces discriminations qui contribuent à la perte d’estime personnelle et qui ne font qu’entretenir l’obésité.